Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
 
 
 

Steve Reich Evening

danse
musique
07—11.03.2007

Un hommage à Steve Reich


La musique répétitive du compositeur états-unien Steve Reich occupe une place prédominante dans l’œuvre de la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker, et ce depuis toujours. Le Steve Reich Evening que Rosas présente cette saison, accompagnée de musique en public, n’est cependant pas une rétrospective.


Pour jeter un pont avec ses débuts, l’extrait Piano Phase du spectacle Fase. Four movements to the music of Steve Reich (1982) est repris. Dans cette partie, deux danseuses suivent le mouvement de leur bras droit qui, telle une manivelle, enclenche le mouvement de tout le corps. La première partie de Drumming (voir les spectacles Just Before de 1997 et Drumming Live de 1998) est également incluse dans le Steve Reich Evening. Dans Drumming, Movement 1, douze danseurs alignent des phrases gestuelles sur la musique, interprétée par quatre percussionnistes. Cette composition fait résonner les influences du voyage d’étude que Steve Reich avait effectué peu avant au Ghana.


Aux chorégraphies existantes se greffent de nouvelles créations avec e.a. Four Organs, une pièce pour quatre orgues Hammond et des maracas, qui a fait scandale lors de sa première interprétation en 1970, et Eight Lines, un ostinato brillant de vingt minutes, pour deux pianos, inspiré de la musique balinaise.


Dans une interview, Anne Teresa De Keersmaeker a dit un jour : « À travers la danse, j’essaie toujours de rendre de manière très simpliste ce qui me plaît dans la musique et m’incite à danser. » Le Steve Reich Evening exhale ce respect de la musique et de l’évolution du compositeur. Parallèlement, cette soirée montre aussi l’évolution de la chorégraphe, dont les phrases gestuelles courtes de Piano Phase s'allongent considérablement dans Drumming. Ou pour reprendre les termes éclairants du musicien d’Ictus, Jean-Luc Plouvier : « du mouvement oscillatoire à celui des spirales infinies ».

Chorégraphie Anne Teresa De Keersmaeker
Danseurs Boštjan Antončič, Tale Dolven, Kosi Hidama, Kaya Kolodziejczyk , Cynthia Loemij, Mark Lorimer, Moya Michael, Elizaveta Penkóva, Zsuzsa Rozsavölgyi, Igor Shyshko, Clinton Stringer, Sue-Yeon Youn, Anne-Lin Akselsen, Anani Dodji Sanouvi
Musique Steve Reich, György Ligeti
Musique en direct Ictus Ensemble: Jean-Luc Plouvier (clavier, piano), Jean-Luc Fafchamps (clavier, piano), Gerrit Nulens (clavier, percussion), Georges-Elie Octors (clavier, percussion), Géry Cambier (percussion), Miquel Bernat (percussion)
Lumières et scénographie Remon Fromont
CostumesTim Van Steenbergen 
Production Rosas & De Munt | La Monnaie
Coproduction Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg, Théâtre de la Ville Paris