Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 

Positive vibes only?

conversations
10.06.2023

Avez-vous entendu parler de la notion de "positivité toxique" ? Elle peut être décrite comme la pression exercée pour ne manifester que des émotions positives, en supprimant les émotions difficiles au profit d'une façade joyeuse et souvent faussement positive. Née aux États-Unis, cette "pensée positive" vise à modifier notre perception de nous-mêmes et du monde qui nous entoure afin d'améliorer notre bien-être général et d'influencer nos actions. Elle tend vers une "poursuite du bonheur" capitaliste, jamais définissable mais souvent cristallisée par la réussite matérielle, personnelle et sociale.

Cette fameuse "vision positive de la vie" peut être ressentie comme une obligation de s'aliéner des émotions que nous éprouvons. Elle invalide l'expérience humaine dans la prise en compte d'un spectre complet d'émotions et peut, à long terme, mener à des traumatismes, à l'isolement et à une adaptation malsaine. Une notion difficile à éviter dans nos sociétés dites "modernes".

Lors de cette édition JOY de TiNWwP, nous vous invitons à une discussion avec des activistes et des artistes pour répondre à cette injonction à la "positivité" dont nous pouvons tous·tes faire l'expérience. Car comment rester positif·ve quand les situations que nous vivons ne le permettent pas ? Quels sont les dangers de cette positivité sur notre santé mentale et sur la perception de nous-mêmes et du monde qui nous entoure ? Si nous tuions la joie de certain·es pour réclamer un monde plus juste et plus sûr pour nous tous·tes ? Et comment cultiver une joie plus collective, plus profonde et plus durable ?

• Depuis qu'elle est entrée en scène en tant qu'écrivain et artiste de la parole, Sarah Bekambo a pu accumuler une liste de réalisations à son actif. En organisant des expositions, des événements et des festivals, mais aussi en se produisant sur scène en tant qu'animatrice et artiste, elle a réussi à se faire un nom dans le secteur culturel. Pour ce talk de l'édition JOY de TiNWwP, nous avons l'honneur d'accueillir Sarah et son énergie pétillante en tant que modératrice.

Anissa Boujdaini est une artiste de la parole, une écrivaine et une commentatrice culturelle qui guide également de nouveaux talents dans le cadre d'ateliers. Les thèmes sociétaux critiques de son travail poétique l'ont rapidement amenée à prendre la parole et à écrire en tant que commentatrice culturelle. Elle partage actuellement son temps entre l'écriture et son travail d'avocate spécialisée dans le droit de l'immigration et des réfugiés.

Laura Nsengiyumva est une artiste, architecte et chercheuse basée à Bruxelles. À travers sa pratique interdisciplinaire, Nsengiyumva explore des thèmes tels que l'expérience diasporique, les histoires cachées, les relations Nord-Sud et l'empathie. Elle aborde ces sujets par le biais d'images et d'interventions dans les espaces coloniaux. Ses actions artivistes comme PeoPL (la fonte d'une statue de Léopold II) et Queen Nikkolah, font partie de son projet de recherche "Shaping the presence of the African diaspora in Belgium" (Façonner la présence de la diaspora africaine en Belgique). Sa vision transculturelle de l'histoire est basée sur des histoires humaines qui nous invitent à trouver ce qui nous rassemble. Nsengiyumva est affiliée en tant que chercheuse artistique à Kask, à l'École des arts de HOGENT et à HoWest. Elle a remporté le premier prix au Kunstsalon de Gand en 2011, et le deuxième prix à la Biennale de Dakar en 2012. Elle est artiste résidente de Kult-XL.

DURÉE : 75 min.